Essai publié le

Essai Triumph 1050 Speed Triple R – God save the Speed

Texte de Gonzo / Photo(s) de Malo Liechti - "je monte à l'envers sur la moto là"?
Imprimer cet article

On connaît tous la Speed Triple, mais quand on se retrouve face à elle, il se passe un premier truc.

En 2016 la firme de Hinckley revenait dans la course aux gros roadsters avec son fer de lance. Cette version « R » de la Speed présente une partie cycle à faire pâlir bien des références. Avec ses Ohlins et ses freins Brembo, l’esprit « racing » est bien présent. Sans parler de l’esthétique qui met une claque avec ce doré qui ressort magnifiquement bien.

Et puis elle a une ligne bien à elle la Speed Triple R. Ses formes arrondies, son double optique, son cadre tubulaire apparent et ce monobras… Rhâââââââ, ce monobras surplombé par la double sortie d’échappement ! D’autant plus que pour cet essai, l’anglaise s’est habillée pour moi vu qu’elle est équipée en Arrow pour chanter de manière plus mélodieuse.

Evidemment, la fourche inversée de 43 mm NIX30 et l’amortisseur TTX36 RSU sont entièrement réglables.

Dans cette version R, les finitions de la moto sont impeccables, preuve en est les finitions carbones, ou encore les rappels « Triumph » qui sont apposés ça et là, que ce soit en toutes lettres ou de par le symbole de la marque. Le seul bémol à mon enthousiasme, ces rétroviseurs en bout de guidon. Je ne suis pas un grand fan de ce placement, mais ce n’est qu’un détail qui pourrait se régler dans le catalogue d’options. 

En selle maintenant. Confortablement installé, la selle est agréable et la position de conduite est idéale. Légèrement sur l’avant, la Speed Triple R annonce son orientation « attaque » sans pour autant être trop exclusive. Les commandes tombent sous la main, seul le bouton permettant le changement de mode se trouve un poil loin à mon goût.

La hauteur de selle est juste parfaite pour mon mètre 80. Les petites tailles ne poseront pas forcément les deux pieds à plat au sol, mais ils arriveront sans aucun souci à poser au moins un pied stable.

Avant de partir, on pianote un peu les commandes pour voir ce que nous offre ce tableau de bord très complet. Outre les informations habituelles et nécessaires, on peut définir le mode électronique sur lequel on va s’appuyer. Et la réflexion est intéressante puisque on a le choix entre 5 modes de conduite. Rain, Road, Sport, Track sont au menu et en dessert, pour les plus gourmand, il y a la possibilité d’opter pour le mode Rider, entièrement paramétrable.

Si chaque mode intervient sur la réponse à la poignée de gaz de type « ride-by-wire » et sur le contrôle de traction, il n’intervient à aucun moment sur la puissance délivrée par le trois pattes anglais. Pour bien comprendre le panel de choix possible, voici un tableau récapitulatif des réglages électroniques à disposition.

Fini la rigolade, maintenant, on veut savoir ce que ca donne en dynamique. On démarre la belle et immédiatement, on est envouté par le son atypique du trois cylindres. Lâché d’embrayage et la mécanique se met en branle en douceur.

Bien calé derrière le réservoir, tout est simple à bord de la Speed. Elle est compacte et le guidon plat facilite bien des manœuvres, malgré un réservoir qui écarte un peu les jambes. Si la maniabilité de la Triumph peut être mise à mal, notamment par un rayon de braquage restreint, ce détail se fait vite oublier dès qu’on roule à un rythme normal.

Rapidement, on regrette l’absence d’un quickshifter qui, comme bien souvent, fait partie des options. Mais sur une moto de ce calibre, on s’attend un peu à l’avoir de série. Surtout qu’il y a ce shiftlight en diodes bleues qui vous donne perpétuellement envie d’aller jouer dans les tours pour passer les vitesses pile-poil au bon moment.

Pages de l'article :

Pages

Suivez AcidMoto.ch !

Au final...

On a aimé :
+
Son look
+
Sa partie cycle
+
Rhâââ ce bruit
On a moins aimé :
-
Son rayon de braquage
-
Pas de shifter

Fiche technique

Véhicule
Marque :
Triumph
Modèle :
Speed Triple R
Année :
2016
Catégorie :
Roadster
Kit 25 kW :
Non disponible
Moteur
Type :
Trois-cylindres, 4 temps, 12 valves, D.O.H.C.
Cylindrée :
1050 cm3
Refroidissement :
Liquide
Alimentation :
Injection électronique séquentielle multipoint avec injection d’air forcé
Performances
Puissance max. :
140 ch à 9'500 tr/min
Couple max. :
112 Nm à 7'850 tr/min
Transmission
Finale :
Par chaîne
Boîte :
6 rapports
Embrayage :
Multidisque à bain d'huile anti-dribble
Partie Cycle
Châssis :
Double tube en aluminium
Suspension AV :
Fourche inversée de 43 mm Öhlins NIX30, réglages en compression, en détente et précharge
Course AV :
120 mm
Suspension AR :
Mono-amortisseur Öhlins TTX36 double tube, réglages en compression, en détente et précharge
Débattement AR :
130 mm
Pneu AV :
120/70 ZR 17
Pneu AR :
190/55 ZR 17
Freinage
ABS :
Oui
Freinage combiné :
Non
Frein AV :
Double disque flotant Ø 320mm et étriers Brembo monobloc 4 pistons (ABS déconnectable)
Frein AR :
Simple disque Ø 255 mm, étrier flottant Brembo à deux pistons (ABS déconnectable)
Dimensions
Longueur :
2'075 mm
Empattement :
1'435 mm
Largeur :
780 mm
Hauteur de selle :
825 mm
Selle basse en option
Poids à sec :
192 kg
Réservoir :
15.5 litres
Coloris disponibles
Coloris :
Matt Graphite
 
Crystal White
Catalogue
Prix de vente :
CHF 15'200.-
+ CHF 160.- de frais de transport
En ligne :

Plus d'articles Moto

Roadtrip en Africa Twin - Day 3 - Chaud, show, devant !
Ma moto est parquée au centre-ville de Brno. Ça me fait bizarre de me dire que je ne la toucherai plus pendant trois jours...
Benelli Tornado 302 R – Êtes-vous prêts ?
C'est avec ce titre ravageur que Benelli présente l'évolution de sa 302 qui avait été présentée lors du salon EICMA de 2015, cette nouvelle mouture prend l'appellation de Tornado 302 R.
Triumph Bonneville Speedmaster - Une présentation officielle agendée au 3 octobre
La saga Bonneville continue et la famille s'agrandit avec la Speedmaster.
Bol d'Or au Castellet - Deux radars autonomes flasheront les véhicules dans les virages
C'est une première en France: deux radars autonomes pouvant flasher dans les virages vont être installé autour du circuit Paul-Ricard pour la mythique épreuve motocycliste.
Moto-Guard évolue et intègre 4 nouvelles fonctionnalités
Lancée avec succès en Avril 2015, l’application Moto-Guard, qui permet déjà aux motards de s’entraider en cas de vol, va désormais intégrer 4 nouvelles fonctionnalités et proposer aux passionnés de moto une plateforme communautaire complète de services géolocalisés.
Acid'Trak 2017 à Vaison Piste - Les photos sont là !
Le week-end passé votre canard en lilgne était à Vaison Piste pour une sortie qui a fait le plein autant de pilotes que de bonne humeur et de... pluie.

Recherche

Hot news !

Ducati V4 – Les présentations arrivent !
Ce n'est maintenant plus un secret, la Panigale 1299 tire sa révérence. On le sait également, sa remplaçante sera motorisée par un V4. Ducati lance un message relativement évasif quant à une éventuelle présentation sonore.
BMW S1000RR 2018 - De nouvelles photos en disent plus
Le constructeur à l’hélice veut clairement reprendre le leadership du marché des sportives comme cela avait été le cas lors de la sortie de la S1000RR, la nouvelle mouture de la sportive s’annonce « caliente ».
La BMW S1000RR profondément revue pour 2018
Celle qui a révolutionné le monde des supersports il y a maintenant 8 ans va recevoir quelques modifications pour 2018 afin de la moderniser face à la concurrence.
Ducati V4 – Claudio Domenicali se laisse aller à quelques confidences
Lors de la manche WSBK de Laguna Seca, Ducati a présenté sa 1299 Panigale Final Edition afin de clore le chapitre des V2 desmodromiques et d'ouvrir un nouveau chapitre avec des V4 pour les sportives de Bologne.
Ducati V4 – A nouveau surprise en plein roulage
On vous l'avait présentée il y a quelques jours, et voilà que le nouveau missile de chez Ducati à motorisation V4 a été surpris en plein roulage, on en sait désormais un peu plus sur celle qui sera certainement la reine du salon EICMA de Milan.
Essai BMW HP4 Race – Bienvenue dans le monde de la course
Il y a des essais comme ça, magiques, exaltants… Comment on les reconnaît ? De notre côté, on est surexcités, un poil tendus, et même on a le syndrome particulier du kikitoudur…

Liens Partenaires